Entreprises et monde agricole

Des conseils pour agir

Mis à jour le 12/04/2019

Il existe divers conseils pour agir sur la consommation d’énergie lors de la production de lait : sur les consommations énergétiques du bloc traite, sur la consommation de carburant ainsi que sur les pratiques culturales.

Légende

Facilité Temps de retour sur investissement (TRI) Coût

*

Facile

+

Court terme

Faible

**

Moyennement facile

+/-

Moyen terme

€€

Modéré

***

Difficile

-

Long terme

€€€

Élevé

 

Agir sur les consommations du bloc traite

  Facilité TRI Coût

L'installation d'un pré-refroidisseur de lait permet de réduire de 40 à 50 % la consommation d'énergie du tank. Ce système permet de refroidir le lait sortant de la mamelle de 37 ℃ à 13 ℃. La chaleur du lait est transférée à de l'eau grâce à un échangeur thermique placé entre la pompe à lait et le tank. Cette solution est éligible aux Certificats d'économies d'énergie (CEE) avec la fiche AGRI-TH-103 et fait partie du programme « Éco énergie Lait » (GIE Lait-Viande Bretagne).

**

-

€€

Installer un récupérateur de chaleur sur le tank permet de récupérer les calories dégagées par le refroidissement du lait : la chaleur récupérée peut représenter une économie sur la consommation du chauffe-eau allant jusqu'à 80 %, et un gain de 15 % sur la consommation électrique du bloc traite. Cette chaleur peut ensuite être utilisée pour préchauffer l'eau de lavage de la machine à traire et du tank. Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche AGRI-TH-105 et fait partie du programme « Éco énergie lait » (GIE Lait-Viande Bretagne).

**

-

€€

La ventilation de la laiterie joue un rôle important sur la consommation du tank. La chaleur émise par le tank lors de son fonctionnement augmente la consommation électrique de celui-ci. Il faut donc installer une entrée et une sortie d'air près des condenseurs pour évacuer cette chaleur. Cette solution permet de réaliser 20 à 25 % d'économie.

*

+/-

Nettoyer régulièrement (tous les 2 ou 3 mois) les condenseurs du tank et les ventilateurs permet d'économiser près de 30 % d'électricité. C'est une mesure très simple et une économie absolument gratuite (aucun investissement).

*

+

Au bloc traite, le débit de la pompe à vide est en général plus élevé que nécessaire pour gérer des entrées d'air occasionnelles. Un variateur électronique de vitesse permet d'adapter le débit aux besoins réels de la pompe. Cette solution permet de réduire de plus de 50 % la consommation en électricité de celle-ci. Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche AGRI-UT-102.

**

+/-

€€

Privilégier les tubes fluorescents plutôt que des lampes incandescentes ou des halogènes. Il est aussi possible d'installer des minuteries et des capteurs de mouvement pour optimiser l'éclairage.

*

+

€€

La production d'énergie renouvelable est une solution exploitable dans les ateliers bovins lait. Le solaire thermique, par exemple, est une solution intéressante. Elle permet de produire et de stocker de l'eau chauffée par rayonnement solaire. Le solaire thermique va permettre de couvrir 40 à 50 % des besoins en eau chaude d'une exploitation laitière (voire 100 % en été). Néanmoins, il est important de disposer en complément d'un système de chauffage d'appoint.

***

+

€€€

 

Agir sur la consommation de carburant

  Facilité TRI Coût

L'optimisation des circuits de circulation des engins et du choix des équipements de distribution en lien avec la puissance de traction permet de réduire la consommation en fioul de 15 à 20 %. De plus, la distribution des fourrages secs est plus économe en fioul (Les consommations d'énergie en élevage laitier - ADEME-Institut de l'élevage-2006.)
Plus d'informations dans la rubrique Moins de carburant dans les tracteurs.

*

+

Valoriser si possible les systèmes lisiers plutôt que les systèmes mixtes ou fumiers qui seraient plus énergivores (Institut de l'élevage, Chambres d'agriculture Bretagne Pays de la Loire). Le système lisier supprimerait la phase de paillage, ce qui engendrerait une économie d'environ 30 % de carburant (Les consommations d'énergie en bâtiment d'élevage laitier - ADEME - Institut de l'élevage-2009).

*

+

 

Agir sur les pratiques culturales

  Facilité TRI Coût

Un système d'alimentation fondé sur l'herbe peut permettre de réduire les dépenses en carburant (dans une certaine proportion), en aliments achetés et en engrais.

*

+

Associer de la luzerne à l'alimentation permet de rendre le fourrage plus calorique et de fixer l'azote dans les sols. Cette solution permet de réduire les dépenses en alimentation et en fertilisants.

*

+

Afin de limiter la quantité de fertilisants azotés utilisés, il est possible de l'optimiser en faisant des bilans azote ou encore en intégrant des protéagineux à la rotation culturale. Les différentes techniques pour réduire la consommation d'engrais azotés sont détaillées dans la fiche consacrée aux grandes cultures.

*

+/-

Le séchage du foin en grange améliore la valorisation de l'herbe. En effet, cette solution permet d'obtenir une bonne qualité nutritive de l'alimentation, de réduire la quantité d'engrais azotés utilisés et mène vers l'autonomie alimentaire. Néanmoins, le séchage du foin en grange nécessite une grande capacité de stockage, des équipements adaptés (griffe à fourrage téléscopique) et un réchauffage de l'air ventilé (Solagro et Segrafo).

**

+/-

€€€