Entreprises et monde agricole

Des conseils pour agir

Mis à jour le 07/03/2018

Il existe divers conseils pour limiter la consommation d’énergie des bâtiments d’élevage de porcs et de volailles : en agissant sur l’enveloppe du bâtiment, sur le chauffage et la ventilation, et sur la consommation d'électricité.

Légende

Facilité Temps de retour sur investissement (TRI) Coût

*

Facile

+

Court terme

Faible

**

Moyennement facile

+/-

Moyen terme

€€

Modéré

***

Difficile

-

Long terme

€€€

Élevé

 

Agir sur l'enveloppe du bâtiment d'élevage

  Facilité TRI Coût

Lors de la construction du bâtiment, il est important de soigner l'étanchéité pour limiter les pertes thermiques. Cette dernière peut aussi être améliorée dans un bâtiment existant. Dans un premier temps, une inspection détaillée du bâtiment permet de détecter les défauts d'étanchéité. Dans un bâtiment de type « Louisiane » (volailles), par exemple, les pertes thermiques se concentrent au niveau des rideaux. En remplaçant ces rideaux par des rideaux plus épais ou des boudins d'air gonflables, l'étanchéité est améliorée.

***

-

€€€

L'âge du bâtiment influe sur ses performances énergétiques. Les performances de l'isolation ont un rôle important pour limiter les déperditions thermiques. Il est donc primordial d'améliorer l'isolation du bâtiment existant. Ce paramètre devra être regardé avec attention lors de la conception d'un nouveau bâtiment :

  • dans un élevage porcin, 1 cm d'isolant supplémentaire diminue la consommation de chauffage de 10 % par porc produit ;

  • dans un bâtiment d'élevage avicole de 1 200 m² recouvert de 40 mm de mousse polyuréthane, l'ajout de 10 mm de mousse permet, dans des conditions climatiques particulières, de consommer 18 % de propane en moins. L'ajout de 120 mm de laine de verre permet de réduire la consommation de propane de plus de 60 % en moyenne (source : Les consommations d'énergie dans les bâtiments avicoles - ITAVI - Chambre d'Agriculture Bretagne et Pays de la Loire - 2008).

*** - €€€

 

Agir sur le chauffage et la ventilation

  Facilité TRI Coût

Une récupération de la chaleur est possible avec un échangeur air/air. L'air chaud vicié est extrait de la salle/du bâtiment et va préchauffer l'air entrant (échange de chaleur avec l'air frais extérieur).
Cette technique permet de limiter les déperditions d'énergie du bâtiment en réchauffant l'air frais extérieur avant de l'introduire à l'intérieur. Le renouvellement d'air minimum du bâtiment est alors assuré par l'échangeur.

**

+/-

€€

Limiter la surface de chauffage aux besoins. Les jeunes poussins ont besoin d'une température importante, ils peuvent être regroupés sur une surface limitée, bien isolée, pour réduire l'espace à chauffer. Le chauffage localisé permet de réduire la consommation d'énergie pour le chauffage de 30 %.

**

+

En volaille, des ventilateurs à débit échelonné permettent de faire varier le renouvellement de l'air en fonction du stage physiologique des animaux et de la température extérieure (cette pratique est déjà en œuvre chez les porcins).

**

+/-

€€

En élevage porcin, il est possible de mettre en place des niches pour les porcelets en maternité et/ou en post-sevrage. Cela permet de localiser le chauffage et donc de limiter les consommations. Les économies peuvent être de 50 % sur le chauffage avec une régulation classique et de 75 % avec une régulation par capteur infra-rouge.

**

+

En élevage porcin, la ventilation est centralisée par :

  • des turbines, dont la consommation spécifique est plus faible que la ventilation classique ;

  • un variateur de fréquence, qui permet de réduire de 65 % les besoins énergétiques pour la ventilation.

Il existe aujourd'hui des ventilateurs économes fonctionnant en courant continu (par opposition aux ventilateurs classiques en alternatif). Ils permettent d'une part, de réduire de 90 % les consommations en ventilation et d'autre part, de maintenir des débits minimaux de ventilation, induisant jusqu'à 50 % de gain sur le chauffage.

**

+/-

€€

L'entretien régulier du matériel de chauffage, des extracteurs d'air et l'étalonnage des sondes de température et d'hygrométrie, permettent une réduction de la consommation énergétique des systèmes.

*

+/-

NA

Dans les élevages porcins, l'utilisation de pompes à chaleur permet de restituer les calories contenues dans l'air, dans l'eau des laveurs d'air, dans les réacteurs biologiques ou dans le sol, à un réseau de chauffage installé dans l'élevage. L'économie de chauffage atteint alors 65 %.

**

+/-

€€

En volaille, au fur et à mesure de la croissance des animaux, les besoins en chauffage diminuent. Il est donc préférable de baisser la température de consigne en coupant un appareil sur trois, puis un sur deux, plutôt que de diminuer la puissance ou de mettre en « veille » les appareils.

*

+

Dans les élevages porcins, il vaut mieux privilégier l'alimentation sèche plutôt que sous forme de soupe. En effet, la distribution sous forme de soupe nécessite des moteurs plus puissants, pour déplacer des volumes plus importants. La distribution d'aliments sous forme sèche permet d'économiser environ 15 % d'énergie sur le poste alimentation.

**

+/-

Les appareils de chauffage évoluent avec des produits plus performants et donc moins énergivores. Les radiants de nouvelle génération peuvent avoir un rendement supérieur de plus de 45 % par rapport aux anciennes générations.

*

+

€€

L'utilisation de la biomasse peut être une solution économique pour produire de l'eau chaude. Cette technique est déjà utilisée pour les élevages avicoles en remplacement des radiants au gaz.

***

-

€€€

 

Agir sur la consommation d'électricité

  Facilité TRI Coût

Il est possible d'utiliser la lumière naturelle sur une partie du bâtiment et aussi d'utiliser des tubes fluorescents pour réduire la consommation de l'éclairage. Il est aussi recommandé d'installer des minuteries et des détecteurs de présence.

**

+

€€